Sociométrie

La sociométrie est une technique mise au point par Moreno. De “socius” (social) et “metrum” (mesure), cette méthode expérimentale tente de mesurer, d’évaluer les relations humaines et leurs caractéristiques psycho-sociales pour une population donnée.

Statut sociométrique

On peut le définir comme la côte d’amour d’un individu dans un groupe. Pour évaluer ce statut sociométrique, par exemple dans une classe d’enfants, on demande à chacun : “Avec qui veux-tu aller ? par exemple pour se mettre à table”. Ce questionnaire sociométrique est toujours anonyme et secret.

On obtient par exemple :
- Marie est choisie par 13 personnes
- Odile est choisie par 5 personnes
- Sylvie est choisie par Olivia
- Olivia est choisie par Sylvie
- Charlotte est choisie par personne

L’expérience montre qu’il y a une relation entre l’intégration dans un groupe et la manière dont on se sent aimé.
- On constate qu’il y a des statuts sociométriques élevés ou faibles.
- La personne centrale se nomme l’étoile (Marie). C’est la personne qui reçoit le nombre prévu ou plus grand que prévu du choix d’après un critère donné.
- On repère des chaînes (séries ouvertes de choix multiples pour un critère donné : A choisit B qui choisit C qui choisit D, etc...)
- Le statut sociométrique d’une personne varie d’un groupe à l’autre et d’un moment à l’autre pour le même groupe.
- Moreno appelle proétariat affectif ceux qui n’ont pas assez d’amour pour survivre et prolétariat affectif capitalistes affectifs ceux qui reçoivent plus d’amour qu’ils n’en peuvent utiliser.

Pour notre exemple, on peut prévoir que Charlotte est celle qui a été le plus souvent malade au cours de l’année. Des études ont montré que les gens qui ne se sentent pas bien intégrés ont un comportement qui les prédispose aux accidents.


Représentation du statut sociométrique

La matrice sociométrique classique (Moreno)
- On inscrit les gens sur un tableau à double entrée.
- On place en abscisse et en ordonnées les choix réciproques.
- On trace une ligne médiane (car personne ne peut se choisir lui-même).
- On voit le nombre de rejets et de choix de chaque individu.

On obtient son statut sociométrique :
- Les leaders ou étoiles du groupe qui ont beaucoup de choix
- Les membres du groupe qui ont un nombre de choix moyen
- Les rejetés et les périphériques qui ont peu ou pas de choix

La cible de Northway
On trace trois cercles concentriques, les personnes les plus choisies au centre, dans la partie les individus avec 2 ou 3 choix, et à la périphérie les oubliés ou les rejetés du groupe.

Le sociogramme de Moreno
On peut représenter ces choix par divers graphiques : on obtient des chaînes, des paires (choix réciproque de deux individus) des triangles (groupes de 3 individus se choisissant d’après le même critère), des quadrangles, des isolés. Une personne qui occupe une position centrale. Les rapports peuvent parfois être réciproques : on a un réseau en faisceau, avec interaction réciproque.

Les leaders sont dans la position centrale. Ils ont à la fois l’information, le prestige, les contacts, l’amour du groupe (capitalistes affectifs). On définit le leader comme un chef, un meneur d’hommes, un conducteur. Le chef responsable ou formel d’un groupe n’est pas toujours le leader réel auquel son autorité, son prestige, l’amitié du groupe donne un pouvoir sous-jacent.

On distingue différents types de leaders :
- le leader populaire : il reçoit plus que le nombre attendu de choix. Les personnes qui le choisissent ont généralement un statut sociométrique faible ou moyen.
- le leader puissant : ceux qui le choisissent ont un statut sociométrique élevé, ce qui lui confère une grande influence.

D’autres seront rejetés ou isolés (les prolétaires affectifs).
Le rejeté est choisi sur des critères négatifs et rejeté du groupe. L’isolé n’est ni choisi, ni rejeté sur aucun critère. Il est ignoré par le groupe.

Les éminences grises reçoivent peu de choix populaires mais sont choisies en revanche par des étoiles ou des personnes importantes du groupe qu’ils dirigent en réalité. C’est une forme de leadership.

Les représentations graphiques permettent de repérer le réseau d’interaction. Et de savoir par qui passe l’information ou comment circule la communication.
On s’aperçoit que dans un groupe, on s’adresse aux gens en fonction de leur statut sociométrique. On s’adresse moins facilement à quelqu’un qui est à la périphérie d’un groupe.

L’analyse du réseau sociométrique permet de mieux comprendre comment circule l’information dans un groupe. La plupart des informations circulent sur les réseaux de communications informels et non pas sur les réseaux formels (la voie officielle).

Pour retourner à la liste des chapitres, cliquez sur "Tableau de bord"

Pour imprimer la page :
- Internet Explorer : clic droit, choisir "Imprimer"
- Firefox : clic droit, choisir "Ce cadre > Imprimer le cadre"